Archives mensuelles : juin 2018

Marches des 19, 21 & 28 juin

Mardi 19 juin  Etang de Gôle

Dernière rando relax avant la pause estivale. Guy a eu la bonne idée de proposer un pique-nique à l’étang de Gôle.
C’est donc 20 personnes qui se retrouve à midi. Après le repas, une petite balade très agréable de 5km dans les bois.
Au retour au local, une surprise, Guy B.fête son anniversaire avec saucisson et sangria.
Les photos sont d’Isabelle, une nouvelle marcheuse qui nous rejoindra en septembre.
Gole

Jeudi 21 juin Morestel – Le Marteray

20 personnes se retrouve à Morestel pour cette rando de 8km. Après une montée un peu rude, on serpente au milieu des prés, et des champs de blé. La chaleur est là, mais les passages dans les bois et une petite bise l’atténue de façon très agréable.
Et comme décidément le mois de juin est le mois des anniversaires, cette fois c’est Alain V. qui nous offre galettes au chocolat et aux pralines accompagnées de quelques bulles.
le Marteray

Jeudi 28 juin Soleymieu – Etang du Carré

25 personnes au départ malgré la chaleur. Après une petite pose rafraichissante au bord de l’étang, on repart mais… plus de chemin… il faut franchir barbelés, talus plein de ronces et étrouble de blé qui apportent un peu de piquant à cette sortie. On retrouve rapidement des chemins plus praticables et ombragés pour terminer ce parcours.

Mercredi 27 juin – Haut Biol

Le tricot d’Annie..

Faut-il parler de paire de cyclistes, de couple  de cyclistes, de duo de cyclistes, de bi –cyclistes , de tandem de cyclistes ? : Puisque nous étions Michel et moi les 2 seuls pédalants  ce matin. Température agréable, ciel bleu,  pas de vent.

Nous montons jusqu’à Rochetoirin où tous les poteaux et  troncs d’arbres sont emmaillotés de bas de laine : point mousse , jersey, point de riz , torsade, ont occupé  sans doute un club de tricot ; de la couleur , de la fantaisie et un air de kermesse…

Quant à nous,  nous descendons la colline pour rejoindre ST Victor de Cessieu, Doissin , et ST Didier de Bizonnes, itinéraire paisible avec en point dominant une vue superbe sur les Alpes. Le retour s’amorce et comme d’habitude nous traversons Nivolas et retrouvons la circulation qui ne nous lâche plus jusqu’à St savin.
65km – D+650m

Poteaux emmaillotés à Rochetoirin

Poteaux emmaillotés à Rochetoirin

 

Dimanche 24 juin – Lhuis / Lompnas

2 horaires pour cette sortie dominicale:
Départ 7:00 pour le groupe Serge avec Dominique, Georges, Pascal circuit de 92km et D+987m
A Lhuis, Georges opte pour l’option raccourci!
Départ 8:00 pour le groupe Christian : 64km et D+470m

« Pour ceux et celle qui voulaient rester au lit une heure de plus , il y avait un circuit écourté qui  a tenté Christian, Alain, Eric, Michel et moi-même.
Il fait presque frais lorsque nous prenons la route direction le Bouchage ; Là Christian nous arrête devant une belle maison : façade et encadrement de fenêtre en pierre  le tout niché dans la verdure. Les hommes discutent avec le  propriétaire qui l’a construite lui-même . On franchit le  pont d’Evieu direction Lhuis que l’on atteint après une grimpette régulière avec la pause habituelle sur la placette.
Retour par Morestel  puis halte au local pour un petit verre del’amitié » Annie

Fausse vieille maison au Bouchage

Fausse vieille maison au Bouchage

Séjour « Montagne » aux Estables les 25 & 26 juin 2018

Cette année le Commission Marche nous a concocté un séjour aux Estables avec au menu :

  • Le Gerbier de Jonc  un monticule de cailloux de 90 m qui culmine à 1551 m, source de la LoireP1010723
  • Le Mont Mézenc avec ses deux sommets à  1744 et 1753 m qui dominent la région.

P1010770

…….. sur la même ligne de crêtes et qui nous offrent de magnifiques paysages aux confins du Velay et du Vivarais.

Arrivés au pied du Gerbier de Jonc avant le casse-croûte de midi les plus costauds grimpent le Gerbier qui se mérite aussi bien à la montée qu’à la descente !

Plusieurs groupes se forment alors pour rejoindre le VVF des Estables qui nous héberge. Certains s’approchent en car d’autres rejoignent directement à pied les Estables et c’est 10 km qui nous offrent décors et activité physique forts bien agréables.

Après une soirée ou nous nous rechargeons en calories avec de la châtaigne dans l’apéro et le dessert, le tout agrémenté d’un bon plat de lentilles, nous nous levons pour la journée « Mézenc »

La aussi plusieurs groupes, départ 8 h pour le premier qui fera 20 km avec l’ascension et le tour du Mézenc. D’autre partent un peu plus tard ou s’approchent en bus à la croix de Péccata pour réaliser cette ascension qui nous fait découvrir un paysage sans pareil sur 360 degrés, les Alpes avec la Meije, le Mont blanc qui se dessinent au dessus de la brume, les champs d’éoliennes, les sucs, appellation des sommets environnants, et des hectares de pâturages encore bien verts.

Un autre groupe préférera visiter le village des Estables, station de sky en hiver et de tourisme vert en été.

Les uns un peu fourbus, les autres pleins de ce bon air d’altitude et du soleil plein les yeux, qui nous a accompagné tout le long de ces deux jours dépaysants, rejoignent alors notre bercail de Bourgoin en se disant que c’était bien court !

Merci à la Section Marche, aux organisateurs, en leur disant 

« refaites nous en des comme ça ! »

Des images pour se souvenir

Pendant que certains souffraient, soufflaient sur les pentes des Monts Mézenc et d’ Alambre .. d’autre en profitaient pour visiter le petit village des Estables qui a su préserver son authenticité. En marchant le nez en l’air dans les ruelles du village, nous avons remarqué que nombre de maisons anciennes étaient surmontées d’une croix, pourquoi ? voici la réponse

« Aux extrémités du faîtage, au-dessus du logis, il était parfois posé une croix en pierre et à l’opposé, au-dessus du fenil, une boule de pierre. La croix est parfois attribuée à l’homme, d’où sa place au-dessus de l’habitation. La boule, elle, symboliserait le monde, le plan divin qui assurera une récolte bénéfique. Croix et boules étaient aussi des symboles de protection : la religion catholique avec la croix mais aussi une survivance du paganisme dans la boule, illustrant la fécondité. Il arrivait même parfois de placer sous cette boule la « pierre du tonnerre », hachette préhistorique, protectrice de la foudre facteur de destruction, selon les anciens ».
Les photos d’Evelyne sont  LA

Mercredi 20 juin – Vertrieu

La sortie d’Annie :

Chaleur et petit vent pour démarrer le circuit . On passe par  Dizimieu pour atteindre Crémieu avant de se diriger sur Verna où une famille prend le frais les pieds dans l’eau ;On reprend la route qui nous conduit à la Balme les grottes ;c’est du plat et ça roule tout seul ; C’est bien agréable avant la montée de Parmilieu qui nous sèche un peu . Il faut boire car le soleil tape dur sur nos carcasses et l’ombre est rare.

Encore du plat  vers Charrette, plat montant jusqu’à Optevoz où une halte s’impose sous le tilleul centenaire . Un robinet  permet de faire le plein d’eau fraîche et nous attaquons la côte de Siccieu connue et reconnue  et toujours exigeante surtout en fin de parcours . C’est le moment de relâcher la pression et de laisser aller jusqu’à l’arrivée.

Avec : Laurence, Pierre, Georges, Serge et Annie
Parcours de 65 km et D+600m

Dimanche 17 juin – Fête des pères

Annie raconte ;

Fête des pères oblige il manquait quelques messieurs ce matin pour pédaler avec Laurence, Eric , Pascal , Dominique, Serge et moi-même.
Après quelques tournicoti dans la campagne, nous passons Cozance . Peu après nous croisons une ponette qui se balade un peu perdue sur la route. Nous la ramenons à son enclos.
Nous faisons halte à l’étang de Baix , un vrai reposoir où quelques heureux vont tremper la ligne, et nous continuons sur Boulieu et Bouvesse où Laurence a un petit ennui de chaussure qui l’a fait chuter heureusement sans gravité ( bien que ce soit toujours la gravité qui fasse chuter) ; elle a perdu 2 visses sous sa chaussure et n’a pas pus décaler mais les hommes pleins de ressources  sortent un tourne-vis  arrangent la situation.

Le retour s’effectue en passant par Courtenay, Tirieu , Salagnon et Chamont.

.La météo fut agréable malgré quelques rafales de vent tantôt de face  et de travers et nous notons  pour aujourd’hui : 63 km et 550 m de dénivelé

Le poney hors de son enclos

Le poney hors de son enclos

Séjour à Vogüé du 8 au 10 juin 2018

Nous étions 68 à participer à ce séjour ensoleillé en Ardèche organisé par Odette. Cinq courageux cyclos, suivis de deux voitures,  sont partis le jeudi.
Le soir, à 1 km de l’arrivée, une grosse averse les a mouillés de la tête aux pieds (seules gouttes de pluie du séjour).

Le vendredi matin, le reste de la troupe s’est retrouvée chez Annequin.
Première halte au domaine d’Olivier de Serres où nous avons  partagé le pique nique préparé par nos amis Guy et Michèle. Après la visite du domaine et une dégustation d’un vin blanc (viognier) et d’un vin rouge (syrah) accompagné de Picodon, nous avons ensuite repris la route pour rejoindre nos compagnons cyclos au domaine Lou Capitelle. 

Pour répondre à de nombreuses questions, voici la définition d’une « capitelle » :
Une capitelle  est une cabane en pierre sèche, c’est-à-dire sans mortier, servant autrefois d’abri temporaire à de petits propriétaires, à leurs outils et à leurs produits agricoles dans les anciennes garrigues des villes du département du Gard.
Le samedi après une ballade autour de Vogüé le matin, nous avons visité la Caverne du Pont d’Arc, extraordinaire réplique de la Grotte Chauvet, la galerie de l’Aurignacien avec la reconstitution des grands animaux etc…

Le dimanche matin tandis que certains faisaient une rando sur les hauts de Vogüé, d’autres visitaient le village et son château. Après le déjeuner, retour sur St Savin où toute la troupe est arrivée vers 18h30 .
Pour les photos souvenirs vous avez le choix entre plusieurs photographes, cliquez sur le prénom :
Christian
Georges
Alain

 

 

7 & 8 juin – Vogüé

Annie raconte :

Echappée belle à Vogüe pour la section vélo  qui descend en 2 jours rejoindre les marcheurs du CRDSS
Au rendez-vous  Laurence, Michel, Pierre, Georges, Dominique,  et Eric qui nous rejoint le vendredi et moi –même.
Pour prévenir tous nos besoins une équipe de choc  : Geneviève, Odette, Marinette nous précèdent en voiture , procèdent au ravitaillement et repèrent les emplacements propices où casser la croute  n’hésitant pas à braver l’autochotone récalcitrant.

Jeudi 7 juin
Serge  est au départ et fait avec nous les premières bosses jusqu’à ST julien de l’herms où il nous quitte à regret. Quelques gouttes s’échappent d’un nuage percé  mais ce n’est pas méchant ; On pique au sud longeant des champs de fraises,  où s’active une main   d’œuvre étrangère,  et des plantations de cerisiers, et la vigne bien sûr !
Devant la mairie, à Villeneuve de Vals, on accapare les lieux pour avaler les pâtes , cakes ,  fruits et café préparés par nos bonnes fées.
On reprend la route  en ayant l’œil sur de gros nuages  bourgeonnants. Vers Pont de l’Isère , Georges nous informe que nous franchissons le 45èm parallèle. Google m’apprend que nous étions à la même latitude que la réserve de biosphère du delta du Danube et que le parc de Yellowstone  (entre autres) et que ce parallèle sert de frontière entre les USA et le Canada .
Nous approchons de Montelier  où nous devons passer la nuit et comptons arriver secs, mais nous ne maîtrisons pas tout : en quelques secondes la pluie s’abat sur nous , la route se remplit d’eau, nous pédalons trempés , aveuglés,  éclaboussés, et désorientés par le manque de visibilité et la panne du GPS. Et dire que nous prenons cette saucée à 1 km de l’hôtel !

Nous arrivons tout pantelants ; sèche cheveux , essorage auront raison de toute  cette eau. La suite est tout simplement.. gastronomique…(foie gras , ravioles,…..colonel….)

Vendredi 8 juin
Frais et dispos, nous repartons et atteignons Grane et son café sur la place ; là  apprenant que notre route est coupée par une course automobile  nous nous dirigeons vers Marsannes. En cours de route  nous tombons sur de drôles d’installations : il s’agit de tipis en bois tendus de ficelles le long desquelles grimpent des plantes  . Pierre pense aux  feuilles de houblon et nous donne la recette de son enfance : houblon fermenté , eau citronnée et sucrée et voilà une limonade maison !
Maintenant il va falloir traverser Montélimar  point noir de l’itinéraire mais tout se passe au mieux avant d’arriver au Teil où la circulation est intense.  On se serre  à droite et commence la montée longue mais régulière jusqu’à Vogüe, nichée dans son amphithéâtre de roches calcaires au pied de l’Ardèche.

Nous arrivons avant nos copains qui voyagent en car. L’aventure est terminée mais nous allons profiter de toutes les activités des marcheurs.

Un grand merci à Michel qui a su  trouver les petites routes bucoliques qui ont rendu le trajet sécurisant et plaisant.
Merci  aux conductrices et conducteurs  et aux organisateurs et trices du CRDSS

Jeudi : 120km D+1367m
Vend : 104km D+815m
Clic sur l’image pour les photos

DSC_0048

Dimanche 3 juin – Reconnaissance PVB grand circuit

Rendez-vous est donné à 7:00 devant la polyvalente.
La sortie s’annoncait belle mais…..

Laurence et Eric qui ne lisent pas les mails jusqu’à la fin nous attendent gentiment au local!
Dominique, craignant la pluie décide de filer devant pour récupérer son garde-boue. Ne nous voyant pas, au lieu d’aller de l’avant comme aurait fait n’importe qui, il choisit de revenir en arrière, jusqu’à Laval, alors que le groupe l’attend à La Chapite. Nous ne le reverrons qu’à St Genix (avec l’aide de Serge).
Nous n’avons jamais retrouvé Pierre qui devait nous attendre au pied de Dolomieu
Quand à Annie, de retour de son périple chinois et complètement jetlaguée, elle nous abandonne à Corbelin.
Au sommet de la Crusille, nous rencontrons un couple de cyclo de Romagnieu. Ils nous confirment que le col du Banchet et totalement fermé, nous obligeant à modifier notre itinéraire. Nous  découvrons, grace è eux, le col de La Lattaz. Splendide paysage où l’on encaisse 200m de dénivelé positif en 2km. le choc est rude mais en vaut la peine.
Cet itinéraire sera retenu pour notre rando.
Ne reste plus qu’à rentrer dare-dare car nous sommes très en retard
90km – D+1073m
Avec : Annie, Joelle, Daniel, Dominique, Eric, Georges, Laurence, Serge et Michel.

La Lattaz

La Lattaz