Saint Trivier de Courtes, le 8 octobre 2022

Au rendez vous chez Annequin à Bourgoin, la météo n’était guère encourageante.
C’est sous la pluie que le trajet s’est fait jusqu’à Saint Trivier de Courtes, notre point de départ.
Mais cela n’a pas arrêté les marcheurs, après avoir enfilé capes et chaussures, nous voilà parti pour notre rando.
Miracle, le ciel c’est éclairci au bout de quelques minutes, pour nous permettre d’admirer ces fermes Bressanes surmontées de leurs cheminées Sarrasines.
A la troisième ferme qui faisait restaurant, nous serions bien restés pour déguster le « poulet de Bresse à la crème », mais il n’y avait pas de place pour nous.
Nous avons du reprendre le chemin et nous contenter de notre casse-croute dans une forêt assis sur des tas de bois.
La journée s’est terminée sous le soleil en visitant, sur le retour, une dernière ferme.
Merci aux organisateurs et aux personnes qui nous ont proposé cette randonnée et qui ont été la reconnaître. (Monique, Yvette et Guy )

Pour les photos souvenirs, elles sont LA.

Et un peu d’histoire :
Origine des cheminées sarrasines

Mais alors quel original ou farfelu a eu l’idée de coiffer les fermes de ces curieuses
et ostentatoires cheminées ?

L’histoire revient encore avec les Sires de Bâgé premiers seigneurs de la Bresse, fédérateurs et autoritaires. Auraient-ils pour marquer leur territoire encourager la construction de telles cheminées sur les gros domaines imitant les clochers de Tournus et de Cluny ? L’émulation aurait fait le reste émaillant la Bresse de milliers de cheminées au fil du temps.
Pourquoi pas, mais ils ne sont plus là pour le dire !

Une chose est sûre cependant : ces cheminées dites aussi « cheminées chauffant au large » alliant un vaste foyer en forme d’entonnoir renversé dans la « Maison » couvert sur le faîte du toit de la mitre (clocheton) reflètent le mode de vie ancestral de la nombreuse famille réunie autour comme dans la hutte primitive.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


+ 4 = huit